Lycée Marcelin Berthelot de Pantin

Accueil » Hommage aux Brigades Internationales

Hommage aux Brigades Internationales

Hommage aux Brigades Internationales par les élèves (de TS4) du lycée Marcelin Berthelot, (Pantin-Paris), le 18 octobre 2018, gare d’Austerlitz, Paris

   Ce matin avec des élèves de (hispanistes y germanistes) de TS4 nous sommes allés à la gare d’Austerlitz pour une révision pratique des notions « mythes et héros » et « lieux et formes du pouvoir » avec le Professeur d’Histoire, qui leur rappela le chapitre sur la Deuxième Guerre mondiale, l’expansion  mondiale des fascismes et du nazisme. Nous ont accompagnés un Républicain espagnol originaire des Asturies, qui parla aux élèves de son village (Porqueros et Magaz de Cepeda), de la calamité de la Non-Intervention y du rôle de Churchill et de Léon Blum dans celle-ci, de la pauvreté qu’engendrent toutes les guerres, de la régression sociale et économique  de l’Espagne après la guerre ; Mme Maigualida Rivas, Présidente du Cercle Bolivarien de Paris, qui parla également de son pays à nos élèves l’an dernier.

Le matin ensolleillé se prêtait à la promenade à Paris et ce fut très agréable d’entendre le Professeur d’Histoire nous expliquer les styles architecturaux des gares parisiennes , de se grouper autour du monument de Denis de Monfleur, appelé « l’Apporteur d’Espoir », ce que furent les Brigades Internationales, qui apportèrent aux Républicains espagnols en octobre-novembre  1936 l’espoir perdu pendant le tragique été 1936.

Après avoir lu les noms des nombreux jeunes qui partirent de la ville de Pantin  vers la lointaine Espagne, les élèves lurent des strophes des poèmes de Neruda, de Miguel Hernández et de Rafael Alberti, plus émouvants les uns que les autres, chantèrent des strophes de l’Hymne de Marche des Brigades Internationales de Erich Weinert et Carlos Palacio, apprises par cœur et déposèrent des fleurs tricolores. Des élèves brandissaient le magnifique drapeau à l’étoile,  symbole des Brigades Internationales et nous nous exclamâmes tous « No pasarán !» avec le Professeur d’Histoire, c’est- à- dire le slogan de l’antifascisme à Madrid, capitale couverte de pancartes de résistance antifasciste en novembre 1936, grâce à l’arrivée des héroïques Brigades. Nous poussâmes aussi plusieurs « ¡ Viva la Républica ! et nous remerciâmes les Brigades Internationales de l’avoir défendue.

Nous espérons que ce moment historique enthousiaste et émouvant passé dans la gare d’Austerlitz ait ouvert les jeunes Français aux problématiques de la Mémoire  historique et du Devoir de Mémoire et leur rappelle la générosité humaine de ces jeunes idéalistes de 53 pays qui crurent avec les Espagnols à un monde meilleur, d’égalité et de fraternité.

Mme Serrano, professeur d’espagnol

%d blogueurs aiment cette page :